Myanmar – Lac Inle

Nous voilà donc dans le bus de nuit de Yangon direction le lac Inle qui se trouve dans l’état Shan à l’est du Myanmar.

On n’a pas lésiné sur les moyens car nous avons pris des billets pour un bus VIP (Yangon -> Lac Inle : 20 000 kyats, environ 15€). Ce qui nous donne droit à une collation dans le bus mais surtout à des sièges assez larges (il n’y en a que 3 dans la largeur du bus) et qui s’inclinent un peu plus. Clim à fond, musique à fond et virages ne nous ont pas vraiment permis d’accéder à un sommeil réparateur et c’est donc avec des petites mines que nous arrivons à Nyaung Shwe (ville au bord du lac) à 4h19 du matin.

De là et à la sortie du bus, un gentil monsieur nous indique qu’il faut s’acquitter de la taxe d’entrée sur le lac que nous pourrons appeler la taxe de bienvenu (10$ ou 10€, bizarrement nous avons préféré les dollars). Les taxis nous sautent également dessus pour nous emmener à notre hôtel, à 4h du matin la marge de négociation est assez limitée…

Nous arrivons finalement à notre hôtel qui se révèle être un paradis (Aurore: « Nous vous remercions mes chers collègues pour ce cadeau, nous en profitons bien! »). La piscine nous tend les bras et les chambres sont directement mises à notre disposition. C’est un moment de confort et de vacances dans ce tour du monde aux conditions pas toujours faciles.

Durant le séjour, il est difficile de sortir de ce cocon, néanmoins nous avons fait l’incontournable excursion sur le lac (auquel nous accédons depuis le ponton de l’hôtel!).

Le lac est situé à presque 900 mètres d’altitude mais sa profondeur est très limitée, en moyenne autour de 2 mètres. La navigation sur le lac se fait à l’aide de pirogues, avec ou sans moteur. Les pêcheurs locaux ont une manière particulière d’avancer avec leurs pirogues, ils se tiennent sur la poupe du bateau et sur une jambe (ce qui est déjà quasiment impossible pour nous sans perdre l’équilibre) et entourent la godille avec l’autre jambe et par un mouvement de hanche ils propulsent leurs bateaux (tout en manipulant les filets des pêches avec leurs mains bien entendu…).

Puis la balade se poursuivit par la visite de petites maisons en bord de lac où sont produits des bijoux, des cigares ainsi que des tissus de lotus. Sur le principe ce fut assez intéressant mais tout était conditionné pour les touristes et cela manquait cruellement d’authenticité. C’est aussi de notre faute car nous nous sommes entièrement laissés guider par notre guide de la journée.

Ce qui est surtout à retenir de cette excursion, ce sont les maisons construites sur pilotis en bois ou en tressage de bambou, les rues de villages qui s’organisent sur les bras du lac : des magasins ou des cafés auxquels on ne peut accéder qu’en bateaux. Les habitants cultivent sur des lopins de terre au milieu du lac, ce qu’on appelle « les jardins flottants ». Ils se rendent donc au jardin en bateau et pas de problème pour arroser les légumes.

Puis visite à la pagode Phaung Daw Oo qui contient des statuts de Bouddha mais qui au fur et à mesure du temps ont été recouvertes de feuilles d’or par les bouddhistes et sont donc désormais de grosses boules d’or (attention l’accès à l’estrade où sont disposées ces statuts n’est pas autorisé aux femmes…).

Nous avons également fait des excursions à vélo, l’une au « Forest Monastery » qui ne nous a pas particulièrement marqué mais dont l’accès à vélo sous la chaleur est digne d’une étape de montagne du Tour de France. L’autre nous a permis de découvrir la ville de Nyaung Shwe (où il y a quand même pas mal de touristes). Finalement ces excursions nous ont surtout permis de découvrir un petit bout de campagne birmane et de croiser des gens qui travaillent dans les champs tout en gardant toujours une petite vue sur le lac.

Le jour suivant, après s’être arrêtés dans deux marchés locaux (fruits & légumes, poissons, viandes, épices et spécialités locales etc), nous nous sommes rendus dans la capitale de l’état Shan : Taunggyi, avec sa pagode (pour être honnête, nous sommes désormais rassasiés de pagodes) et son musée des ethnies. Même si ce dernier n’est pas impressionnant, il a le mérite de montrer la diversité des habitants de l’état Shan que ce soit au niveau culturel ou même plus simplement au niveau vestimentaire. On comprend facilement qu’il ne soit pas aisé de fédérer tout le monde…

Finalement, nous avons terminé dans un vignoble nommé Aythaya, promenade agréable, visite du site de production et dégustation des vins (gratuite!) pour finir par un déjeuner accompagné d’un verre de blanc bien frais (c’était l’anniversaire d’Aurore!). Nous n’avons pas été totalement convaincus par le vin Birman mais après deux mois sans boire de vin, nous n’avons pas fait les fines bouches. Le Myanmar ne compte que deux vignobles, celui visité (Aythaya) est le plus grand du pays, la production annuelle est de 200 000 bouteilles par an.

Quelques petites informations sur la Birmanie :

  • Ils conduisent à droite mais ont le volant à droite (pas super pratique…)
  • Le sourire est une arme redoutable ici, nous avons quasiment toujours eu réponse à nos sourires et nous avouons désormais prendre du plaisir à les solliciter.
  • Dans un bar ou un restaurant, pour appeler un serveur les birmans font le bruit que nous faisons pour appeler les chats (vous voyez de quel bruit il s’agit ?). N’essayez pas en France :)

Pour conclure, voici le drapeau du Myanmar parce que honte à nous, avant de venir nous ne le connaissions pas :

Flag_of_Myanmar

 

Voici quelques clichés de notre album du lac Inle :

View more photos →

One Response

  1. CA
    CA 23 juillet 2015 at 15 h 30 min |

    Très beau merci de faire partager ces expériences et paysages :)

    Reply

Leave a Reply